Le cimetière et les artistes

Le cimetière et la mort sont une source d’inspiration pour les artistes. Nous vous proposons un parcours, loin d’être exhaustif, dans la peinture du moyen-âge à nos jours.

3 moma-ensor-masks-confronting-death[1]

Tableau de James Ensor (1860-1949), La Danse macabre

.

C’est une danse macabre dans laquelle sont intégrés des masques de carnaval (souvenir de ce que vendaient ses parents à Ostende). On retrouve ce thème de la danse macabre sur les murs du cimetière au moyen-âge. Elle souligne la vanité de l’homme en mêlant morts et vivants. Ici les masques traduisent l’absurdité d’un monde cauchemardesque qui annonce le surréalisme.

1 Danzas_de_la_muerte[1]

Une des 17 gravures sur bois, conservées à la BNF de la danse macabre du cloître des innocents à Paris. (aujourd’hui, quartier des halles).

 

4 Van_gogh-lallee_des_alyscamps

Van Gogh (1853-1890), Les Alyscamps, 1888

 

 

Les Champs Elysées, nécropole à Arles de sarcophages romains puis chrétiens. Dans la mythologie les Alyscamps (Champs Elysées) symbolisent la cité des morts vertueux.

 

7 cimetière paysan Van Gogh

Cimetière paysan vieux clocher de Nuenen, 1885.

 

 

Peinture huile sur toile, 65x80cm, Amsterdam. Elle est apparentée à l’école de Barbizon. D’un réalisme sombre, le vol des oiseaux, la massivité de la ruine, l’abandon du cimetière, tout concourt à une atmosphère pesante.

 

9 l'enterrement à Ornans

Gustave Courbet , L’enterrement à Ornans. (1849-1850) Huile sur toile 315x668cm, musée d’Orsay.

 

 

Peinture réaliste à caractère photographique. Pour l’enterrement d’un anonyme sont représentés l’ensemble des autorités civiles, religieuse, judicaire, la famille du peintre et toutes les personnes qui ont été volontaires pour y figurer. En 1848 le cimetière est devenu trop petit, la révolution a fait de nombreux morts, un nouveau cimetière est construit en dehors de la ville, d’où cette fosse creusée au milieu de nulle part. Le curé fait face au révolutionnaire, les deux semblent officier marquant l’opposition république-église/église-république.

 

Caspar David Friedrich (1774-1840) L’abbaye dans une forêt de chêne 1809-1810. 110x171cm, National Galerie, Berlin.

 

Une procession de moines se dirige vers le portail d’une église gothique en ruines. Certains portent un cercueil, seules deux bougies éclairent le parcours. Les arbres sont sans feuilles, il fait sombre et froid. On distingue sur le sol enneigé une tombe fraîchement creusée à côté de quelques croix. Gaspar David Friedrich fait partie du romantisme allemand et cherche à créer un paysage spirituel où le dessin et la couleur sont symboliques et expriment le sublime (L’infini, Dieu…).

 

13 valotton

Felix Valotton (1865-1925), Cimetière militaire de Châlons-sur-Marne,1917

Peintre graveur post-impressionniste, il cherche à donner une dimension spirituelle à sa peinture à travers l’alignement si propre, si correct et impeccable de ces 7500 croix de mort à la guerre.

 

15 jan Fabre

Jan Fabre né en 1958, l’ange de la métamorphose, 2008.

Installation, au milieu des tableaux peints par Rubens à la gloire des Médicis au musée du Louvre dans le cadre d’une exposition sur le thème des vanités, intitulée « Jan Fabre, l’ange de la métamorphose ». Sur des pierres tombales renversées rampe un lombric à tête humaine qui pousse un dernier soupir.

 

Brunella Chloé.