Organisation de l’espace

 

 

L’organisation spatiale du cimetière : 

photolea

Vue aérienne du cimetière de Prades.

 

Dans le cimetière de Prades, différents espaces  sont répartis selon les rangs sociaux c’est-à-dire : à l’entrée du cimetière on peut apercevoir des cercueils à même la terre dont des tombes d’enfants qui dénotent la pauvreté des défunts; ensuite en contrebas du cimetière on peut remarquer un columbarium et quelques caveaux familiaux qui appartiennent à des personnes de classe moyenne; pour finir en amont nous constatons de grands caveaux familiaux appartenant à des familles aisées.

columbarium

Partie Est du cimetière

 

Un columbarium est un monument ou sont déposées les cendres ou les cercueils: cela dépend de la longueur ou la largeur du columbarium. Ici, les cercueils sont de forme carré. Le columbarium se situe en bas du cimetière.

DSC_0835

Le columbarium

 

En contrebas du monument aux morts, se trouve un carré militaire.

DSC_0205

Carré militaire

 

 

 

DSC_0206

Carré militaire

 

Sociologie du cimetière:

Pourquoi parlons nous de sociologie dans un cimetière ?

Bien qu’abritant les défunts, le cimetière est un lieu de vie pour la cité.                                    On y pratique des rituels, des commémorations. Beaucoup s’y rendent régulièrement pour honorer les disparus. C’est un véritable lieu social.

Par ailleurs le cimetière retransmet l’image de la société et raconte son histoire. C’est pourquoi nous retrouvons des inégalités sociales au sein du cimetière, entre les tombes appartenant aux familles aisées et celles des classes modestes et défavorisées. Il existe ainsi de nombreuses tombes spacieuses et travaillées contrairement à d’autres plus sobres, voire entièrement dépouillées.

Caveaux de familles aisées

 

DSC_0173

Tombe d’une famille modeste

 Certaines familles favorisent pour la mémoire de leurs défunts la majesté du caveau, d’autres privilégient une iconographie de l’intime (plaques commémoratives, objets, ex voto…).

DSC_0192

Remarque : Ce rapport entre le faste de certains caveaux et la richesse présumée de certaines familles, ou inversement entre les tombes sobres et les familles présumées pauvres n’est pas une règle: la sobriété ou la richesse peuvent être choisies.

On peut présumer que certains n’ayant pas de moyens se sacrifient pour financer une concession fastueuse.

Sources :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Columbarium

Raymond Lemieux, « L’écriture du cimetière », article publié dans l’ouvrage Survivre…la religion et la mort, p235-254, éditions Bellarmin, Montréal, 1985

Sarah Pégourié / Pauline Gaston-Condute / Mathilde Fabre / Léa Broc